Parti Pirate

Plus de démocratie est bon pour la démocratie

24/05/2012

 

Note: Ce texte n'engage que moi, et non le Parti Pirate qui a décidé de ne pas entrer en matière.

En Suisse, nous acceptons des objets surtout quand on peut facilement en prévoir les conséquences. Dans le cas de l'initiative «Pour le renforcement des droits populaires dans la politique étrangère (accords internationaux: la parole au peuple!)», cela est relativement facile à prédire.

Si le peuple vote non, nous continuerons à fonctionner comme aujourd'hui. Nous disposerons toujours de la possibilité de contester un traité international au moment de sa ratification. En même temps, nous continuerons à constater une pression de certains milieux dirigeants vers une perpétuelle déresponsabilisation des citoyens, face à une pression importante des autres pays.

Le cas du traité anti-contrefaçon ACTA est un excellent exemple. Le Conseil Fédéral a été invité à participer à des négociations secrètes, en dehors des cadres classiques de la diplomatie multilatérale comme l'OMPI ou l'OMC. Il y avait clairement une volonté d'imposer une répression plus importante sur Internet tout en étant conscient du peu de soutien des peuples concernés.

Si le peuple vote oui, nous risquons de voter un peu plus. En réalité, l'impact sera sûrement plus faible car les négociateurs suisses, face a une procédure beaucoup plus lourde, s'assureront d'abord du soutien du peuple avant de poursuivre leur engagement. Nous constaterons sûrement une baisse de nombre de traités négociés. Dans certaines négociations, des tractations tenterons vraisemblablement de garder les conditions de l'accord en dessous des limites fixées par l'initiative.

Mais la réelle conséquence de cette initiative sera le message envoyé à tous les autres Etats : le peuple suisse veut garder le contrôle sur le processus de décision. Et cela n'est pas non plus surprenant, car dans un monde globalisé les accords internationaux deviennent de plus en plus la source principale de réglementation. Nous serions les premiers à dire que la démocratie doit s'y appliquer aussi.

Le Parti Pirate Suisse lors de sa dernière assemblée a décidé de ne pas prendre position, mais de laisser le libre choix. Je crois que cette initiative va dans le bon sens. Je ne crois pas que la Suisse sera mise à l'écart. Au contraire, nous donnerions l'exemple.

« Dans l'histoire des peuples, la Suisse aura le dernier mot, encore faut-il qu'elle le dise » Denis de Rougemont

Voici une belle occasion de le dire, alors le 17 Juin, je voterai oui.

Les commentaires sont fermés.