Parti Pirate

Ouvrir les données publiques: l'Open Data

31/05/2012

800px-Open_Data_stickers.jpg"Bien informés, les hommes sont des citoyens ; mal informés ils deviennent des sujets" Alfred Sauvy

Tout d'abord qu'est ce que l'Open Data? Il s'agit d'une mise à disposition des données publiques. Mais de quelles données? Toutes! Celles concernant notre territoire, notre économie, notre environnement. Ce sont des cartes, des photos, des textes. Il s'agit de mettre à disposition des données qui ne l'étaient pas forcément avant. Évidemment, on doit aussi inclure dans l'open data nos lois, décisions en tout genre, ou encore le détails de nos finances.

Doit-on tout mettre ? La règle est la transparence, l'exception étant l'anonymisation comme cela ce fait déjà pour les décisions de justice. On peut exclure dans certains cas les documents relatifs à des négociations en cours et qui, s'ils étaient rendus public pendant la phase de négociation, pourraient nuire au résultat. Les règles existent déjà dans notre loi sur la transparence, la LIPAD, malheureusement elles y sont trop restrictives, et surtout peu ou pas appliquées.

Alors que pouvons nous faire avec de l'Open Data ? C'est bien là la question principale ! On peut tout faire, notre imagination est notre seule limite. Les PME locales auront le loisir de développer des applications utilisant ces données pour fournir de nouveaux services. Des outils d'analyse permettraient de mettre le doigt sur certaines incohérences de notre territoire.

Voici un exemple : la carte des arbres, par espèce, de la ville de Paris. Peut-être utile pour les allergiques ?

L'Open Data est un élément essentiel de la démocratie ouverte Combinée avec l'ouverture des procédures et des outils, elle permet d'assurer un transparence de l'Etat. C'est grâce à ces informations que nous pourrons développer efficacement la participation des citoyens et la coopération entre les acteurs du territoire. Car l'Open Data ce n'est pas que pour les citoyens. L'administration est la première concernée car cela valorise le travail des fonctionnaires en le rendant visible et réutilisable.

Le critère essentiel de l'Open Data: des interfaces ouvertes !

L'information doit être disponible, cela est une chose, mais elle doit être disponible à travers des solutions logicielles et reposant sur des standards ouverts tels que le XML. Cela vise, encore une fois, à faciliter la réutilisation de ses données.

Et pourquoi ne pas vendre ces données ?

Ces données ont déjà été payées par nos impôts. Pourquoi devrions nous les payer à nouveau ? Les possibilités d'innovation sont telles, que le retour se fera à travers le développement de l'expertise locale, notamment dans nos PME. Les données restent évidemment la propriété du Canton, mais la licence d'utilisation doit être la plus libre possible.

Et l'Open Data à Genève ?

Il y déjà de bonnes expériences : le SITG met à disposition les données géographiques du canton. Est-ce de l'Open Data ? Pas vraiment, car l'utilisation de ces données ne sont pas libres et sont soumises à autorisation. Mais on est clairement sur la bonne voie.

Je propose de mettre en œuvre une véritable politique d'Open Data dans notre Canton car nous n'avons pas le sentiment que ces projets bénéficient d'un réel soutien politique. C'est pour cela que j'ai inclus ce point dans mon projet pour le Conseil d'Etat.

Voici un article sur la situation de l'Open Data en Suisse. Vous y trouverez des liens vers les premiers exemples d'application Open Data dans notre pays.

 

Et une petite vidéo qui nous explique ce que c'est l'Open Data:

 

Commentaires

Il semblerait que tout ce qui est public est public, non ?

Écrit par : Corto | 01/06/2012

@Corto en réalité non, comme les décisions du Conseil d'Etat. Et si la plus grande partie est déjà publique, l'Open Data c'est aussi la manière (technique) de rendre ces données publiques.

Écrit par : Alexis Roussel | 01/06/2012

Je soutient à 200% votre action, "vitale" pour toute démocratie, c'est le minimum !

Écrit par : Corto | 01/06/2012

Les commentaires sont fermés.