Parti Pirate

La fin du Wietpas

22/11/2012

Petite info rassurante, le nouveau gouvernement néerlandais prévoit la fin du wietpas (carte limitant la vente aux résidants) seulement 6 mois après son introduction. Le résultat est catastrophique: mais les opérations de police ont été multiplié par 6 en un mois dans certaines villes, la criminalité a explosé, 600 personnes se sont retrouvées au chômage, le marché du cannabis s'est confondu avec celui des autres substances et c'est sans compter l'impact financier sur l'Etat...

Il faut noter plusieurs erreurs:

  • l'obligation pour les résidants d'obtenir la carte auprès de la police (ce que de nombreux néerlandais on refusé)
  • croire que le problème de voisinage que peut créer un cofeeshop est différent de celui d'un bar (en fait quand quelqu'un sort bourré, cela fait autant de bruit)
  • croire que la restriction n'aurait pas d'impact social.

http://www.nrc.nl/nieuws/2012/11/19/wietpas-per-direct-af...

Pour un ISRC Suisse à frs. 100.- maximum

15/11/2012

L'ISRC est un code qui identifie de manière unique un morceau. Ces codes sont indispensables pour la vente en ligne de la musique.

L'ISRC est fourni gratuitement dans certains pays (comme l'Angleterre ou la France par exemple) ou à un prix modeste ($75 aux Etats-Unis).

Or, en Suisse, l'IFPI a fixé le prix de ces codes à Fr. 432.- !! C'est un prix ridiculement élevé qui profite du fait qu'il n'existe pas d'alternative pour obtenir un ISRC à son nom.

Merci d'aider les musiciens indépendants à avoir un contrôle total sur la gestion des droits liés à leur musique en signant cette pétition pour un ISRC à Fr. 100.- maximum.

Soutenez les artistes en signant leur pétition ici: http://www.activism.com/fr_CH/petition/pour-un-isrc-suiss...

Protecting private financial transaction data

13/11/2012


Privacy of Economy: Your assets, inflow of funds and outflow of funds are for you to know. Authorities may only observe what is openly visible from a public area. (Pirate Wheel Principles: Privacy)

 

The Swiss Pirate Party has decided to that protecting private banking data is another block necessary to protect our privacy. Banking data is all the transactions on your personal bank account. It does give a lot of information and details about your personal life. Are you a guy with relationship problems? The amount of porn related purchases can be a signal. Are you an easy to convince consumer? The amount of transactions in shopping centres can be interesting. More interesting, are you spending more than you can. The shoppers don't want you to go bankrupt. They want you to come every month and consume to the limit, like good addicts.

Visa Credit card company can predict the moment you will divorce. This is interesting for them as, when you divorce, you need to pay a lot of things, lawyer, pension.. Your risk of defaulting is much higher. So they call you just before to make a special offer to pay your debts...

So what the Swiss Pirates say, is that We do not want to accept an automated transfer of private data to a state, and less to a foreign state. But this is where we are heading at in Switzerland under external and internal pressure.

We have Banking Secrecy which is protecting your personal bank account from the surveillance of the state. Of course, like with your communications, or your IP address, a judge can still access it. But he should you have a reasonable suspicion on your activities. He must act through a legal process of inquiry. We are fighting for this for the rest of our personal data, why not our financial data?

Because we don't like fraud. We wish we had an other monetary system, we wish there was no incentive for fraud or tax evasion, and we should work on it. In the mean time, we need to protect our privacy. And, in deed, we need to fight crime and fraud, strongly. 

So today the choice is banking secrecy or automated transfer of banking data. Do we have an alternative?

FAQ:

Does the Swiss Pirates defend fraud?

No. Fraud need to be fought against like any crime. We should work on improving the fight. But we should spare citizens that did nothing wrong. Presumption of innocence should be safeguarded. Today swiss banks already have some of the toughest rules regarding fighting financial crime.

Does the Swiss Pirates defend banksters?

No. A banker that doesn't act accordingly to the law, and propose clients to assist in criminal actions should be punished for his own actions. The sanctions must be severe.

Does the Swiss Pirates defend the financial system?

No. Most Pirates believe that our financial system based on debts is not the most adapted system to the information society. It need to be more simple, crowd-sourced, fair and should not give incentive for fraud or tax evasion. But in the mean time, it should not remove citizens right for privacy.

Does the Swiss Pirates defend financial anonymity?

No. Anonymity is provided in offshore fund structures. These are to be found in Delaware, Panama, Andorra, Virgin Islands... and many others. In your bank account, each transaction is bound to your identity. It is the same with your IP address. If the State needs to tap your bank account (in a legal proceeding), it can be done. Banking secrecy does not protect criminals, only anonymity does. Anonymous bank accounts does not exist any more in Switzerland since the eighties.

Does the Swiss Pirates defend corporations engaged in tax optimisation?

No. The secrecy of financial transaction is for individuals only!

So who is the Swiss Pirates defending?

We are defending the 99% that are not committing financial fraude. All those that have "nothing to hide" but do not all realise that the aggregation of all their private data is a too powerfull tool for state control and abuse.

Why are the Swiss Pirates acting on financial privacy now?

Because our country is under attack. It is an easy target, and our government is now failing to protect its citizens. We have indeed a backlog, that we are not proud of. But now this war is going too far, and it will affect also other european countries. The US will engage soon in FATCA that will transform any bank in the world (not only swiss banks) into american tax collection agents. By default you will be all considered as US taxpayers, unless your bank proves the contrary.

Le Parti Pirate Suisse s'est positionné sur le secret bancaire

12/11/2012

Nous sommes contre l'échange automatisé des données privées vers l'Etat pour nos données médicales, nos communications.. pour protéger notre vie privée et la présomption d'innocence.

Alors nous devons aussi être contre l'échange automatisé de données privées bancaires. Problème: cela s'appelle le secret bancaire. Un terme devenu très péjoratif... et pourtant y en a-t-il un autre?

Nous, Pirates, savons que l'on tente de discréditer internet et mettre en place des outils de surveillance automatisée sous prétexte de pédopornographie et autres horreurs. Certains sont d'accord d'en finir avec leur vie privée pour cela. Les pirates ne sont pas d'accord!

Le parallèle avec le secret bancaire est fort. Sous prétexte de fraude, on est prêt à renoncer à sa vie privée.

La fraude se combat avec des outils que nous connaissons bien: la justice. Les banques elles même sont responsables de vérifier la provenance des fonds.. on peut améliorer ces outils, les rendre plus efficaces. Les sanctions plus importantes, et le risque de se faire prendre plus important, la Suisse n'est plus la place préférée pour cacher son argent, et c'est bien mieux comme ça!

Tant que nous aurons de la monnaie, nous devrons la stocker électroniquement dans une banque.Aujourd'hui nous n'avons pratiquement pas le choix de vivre sans compte bancaire. La fraude de quelques uns ne doit pas venir justifier la fin de la présomption d'innocence.

Les USA nous ont préparé un outil intéressant. Il s'appelle FATCA. Cette loi américaine, en plus de faire de l'ingérence, considère par défaut que vous êtes américains (donc taxés) sauf preuve du contraire amenée par votre banque..

Fin de la présomption d'innocence, renversement de la charge de la preuve, atteinte à votre privée... souhaitez vous toujours abandonner le secret bancaire dans un monde interconnecté où le droit à l'oubli n'existe pas?

Mais si vous avez un meilleur nom pour ça, je suis preneur!

Rendre le vote électronique vérifiable

09/11/2012

publié dans la TdG du 9 novembre 2012
 
Le Parti Pirate a débuté récemment l'étude du code source du logiciel du vote électronique genevois. Ce contrôle citoyen est le premier du genre. Il s'agit d'étudier les 75'000 lignes du code informatique et de s'assurer de son bon fonctionnement. 
 
Le vote par internet n'est pas l'e-banking
 
Nous faisons confiance quotidiennement à l'Internet pour nos transactions bancaires. Mais contrairement au e-banking, le vote électronique doit assurer l'anonymat du votant. En même temps, le vote électronique doit garantir que le vote individuel a été pris correctement en compte et que le calcul des résultats a été réalisé sans erreurs. Cette technologie est donc différente du e-banking. C'est une technologie naissante qui doit encore convaincre.
 
Aujourd'hui, le vote électronique est certainement organisé avec méthode et professionnalisme par les services de l'État. Mais les moyens de contrôles, impliquant notamment la Commission électorale, ne répondent pas aux critères de vérifiabilité souhaités par la chancellerie fédérale. Les citoyens devraient notamment pouvoir recalculer eux-mêmes les résultats. Le logiciel devra évoluer et s'adapter à ces contraintes.
 
Avec notre système actuel, la collecte d’éléments permettant la contestation des résultats d'un vote électronique suite à un dysfonctionnement ou une fraude informatique n'est pas possible. Lors de notre étude, nous nous efforcerons à identifier et proposer des améliorations rendant possible un contrôle effectif. Cette démarche est importante, car de nouveaux contrôles s'imposent avec l'apparition de nouveaux outils. Nous sommes en train de vivre une révolution numérique qui renverse nombre de nos concepts présents dans notre société.
 
La fin de la culture du Secret
 
Le partage sans limites des données que permet Internet a sonné le glas de la culture du secret, souvent au grand désespoir de nos gouvernants. Si jusqu'à présent la sécurité était assurée par le secret, c'est maintenant l'ouverture et la transparence des données et des systèmes informatiques qui garantissent leur sécurité. Le logiciel de vote électronique n'échappe pas à ce changement de paradigme et doit s'ouvrir s'il veut pouvoir conserver sa crédibilité.
 
S'attaquer de front à cette culture du secret n'est pas une chose aisée. La préposée cantonale à la transparence en fait régulièrement les frais. Malheureusement, nous ne pourrons pas dévoiler comme nous le souhaitions l'ensemble du code et de nos conclusions. La confidentialité imposée par l'État nous interdit de partager les résultats dans une transparence absolue. Il nous a entre-ouvert la porte, mais devra persister dans son effort d'ouverture et de transparence.

All the posts