Parti Pirate

Et la neutralité du réseau?

04/01/2013

net-neutrality.jpgUn fâcheux précédent c'est produit sur Internet en France. Et depuis la Suisse, nous devrions regarder soigneusement l'évolution de l'affaire de la publicité bloquée par Free.

On peut trouver la pub énervante. Moi-même j'ai décidé de vivre dans un monde sans pub. Exit la télévision, et installation d'un ad-blocker sur mon navigateur. Je m'en porte bien mieux, et il est parfaitement concevable que la solution de Free paraisse alléchante et satisfaisante à de nombreux abonnés.

Mais la décision de Free de mettre par défaut un bloqueur de pub actif remet en cause la neutralité du réseau. Il ne faut pas oublier que ce sont des outils similaires qui sont utilisés pour filtrer des contenus «malsains» selon les standards de certains pays.

On peut tenter d'expliquer la réaction de Free. Leurs rapports avec les hébergeurs de contenus sont tendus. Ceux-ci génèrent du trafic dont les coûts sont supportés par les FAI, mais les revenus (générés par la pub) sont encaissés les hébergeurs de contenu. Quelques soient les raisons (qui seront décortiquées longuement sur le web), Free  a clairement passé un cap en filtrant sélectivement le flux de données. Cela veut dire concrètement que la page qui s'affiche chez vous n'est pas celle envoyée par le site que vous êtes en train de consulter. Rien ne les empêcherait non plus de rajouter de l'information dans le flux de données.

netneutral.gif

Et pourtant en touchant aux données qui circulent sur leur réseau, ils ont justement touché à ce qu'il n'aurait pas du. Ils donnent l'occasion aux autres acteurs de riposter en venant sur leur territoire. Et les dérives pointent déjà le bout de leur nez: en matière de filtrage, un des risques est le sur-blocage déjà détecté chez Free, sans compter les tentatives de contre-blocage.

Cela nous concerne tous, car un réseau non filtré est garant d'un développement de la société de la connaissance au profit de la Société et non au profits de certains seulement. Cela nous concerne tous, car nous devons être sûr que ce que nous lisons sur notre écran est bien ce que veut nous dire notre interlocuteur.

Par contre on peut y voir un avantage: comme Hadopi en France a permis d'éduquer la population à l'utilisation de VPN, peut-être l' «adGate» permettra aux citoyens de mieux comprendre le fonctionnement d'adBlock.

Il est urgent d'inscrire le principe de la neutralité des réseaux dans nos lois et dans notre constitution. Car le plus grand risque est que Free devienne un exemple de l'acceptation passive des internautes à des mesures de filtrage. Les FAI suisses pourraient alors s'en inspirer. Ils n'hésiterons pas à le faire, car ils ont déjà commencé.

La demande est en cours au Conseil National: A Suivre!

Alors en attendant un autre réseau moins contrôlable et plus résilient: Don't mess with our internet !

Les commentaires sont fermés.