Parti Pirate

Retrouvons la raison des salaires

06/01/2013

Screenshot from 2013-01-04 21:22:27.pngLe Pirates suisses soutiennent l'initiative «contre les rémunérations abusives». Cette initiative vise à limiter les salaires hors normes des membres des conseils d'administrations des Sociétés Anonymes cotées en bourse. En réalité, nous parlons donc d'une cinquantaine de personnes gagnant jusqu'à 15 millions de francs par an.

Pour le CEO de Novartis, le champion, son salaire de 15 millions de francs a représenté 266 fois le salaire le plus bas de son entreprise en 2011. A ce niveau là, on ne peut plus trouver de justification économique, ni justification humaniste...

Si on peut accepter des salaires plus élevés que la norme pour certains métiers, c'est que, par exemple, les personnes aptes à diriger ce genre d'entreprises ne courent pas les rues et nécessitent des compétences particulières, mais de là à entrer dans de tels extrêmes...

Ces salaires sont, je crois, un symptôme d'une société qui a donné la priorité aux multinationales et qui a oublié les individus qui la compose. Nous ne sommes que de la ressource humaine ou des consommateurs.

Pourquoi les Pirates, pourtant perçus comme libéraux économiquement, soutiennent cette initiative?

Nous avons une vision de l'économie adaptée à la société de l'information de demain. Celle-ci sera décentralisée autour de l'individu ou des petites structures. Certes de grosses entreprises perdureront, mais l'évolution de la technologie va immanquablement donner à l'individu des moyens toujours plus en plus fabuleux de concevoir, produire et distribuer. Cela est déjà le cas dans le domaine de l'immatériel, et cela arrive dans notre monde bien réel avec les imprimantes 3d.

Cette économie sera aussi l'économie de la collaboration. Pas un simple travail d'équipe, non. La création, le management deviennent de plus en plus participatifs et collaboratifs. Et une seule personne ne pourra pas justifier d'une importance telle qu'elle doive toucher des sommes déraisonnables.

La Société de l'Information est aussi celle où la démocratie sera revisitée. A tous les niveaux et dans tous les secteurs. C'est je crois l'élément fondamental. L'initiative donne aux propriétaires de l'entreprise le pouvoir de fixer les revenus des dirigeants. Cette disposition à elle seule justifie l'initiative.

Dans les prochains mois, vous allez voir énormément d'informations prônant le Non et vous incitant à préférrer le contre-projet. Les moyens employés seront disproportionnés.

Malgré cela, la plus grande résistance sera en chacun d'entre nous qui vivons dans l'illusion qu'un jour aussi nous pourrons peut-être obtenir un tel salaire. Nous ne devons pas sacrifier notre société à cette illusion.

Le 3 Mars 2013, ce sera OUI à l'initiative «contre les rémunérations abusives».

En cadeau, le premier épisode d'une mini-série humoristique sur ce thème:


Les commentaires sont fermés.