Parti Pirate

9 Juin, la Suisse à voté froidement

09/06/2013

Aujourd'hui la Suisse a voté froidement, à Lucerne, l'extension de l'ouverture des magasins a été refusée, à Bâle, le concordat sur les hooligans, imposant une répression sur les autres citoyens, a été accepté. La durcissement de l'asile est accepté et un changement fondamental dans notre démocratie (que le Parti Pirate refusait aussi) a été rejeté.

Ces résultats sont évidemment a accepter et nous allons nous y conformer.

Pour moi, ces résultats sont révélateurs d'un peuple qui choisit logiquement le replis sur soi faute de la possibilité d'être associé et encouragé par la politique à participer à la mise en œuvre des politiques présentée. Les partis politiques ne doivent pas déresponsabiliser les citoyens en leur promettant des mesures miracles qui n'auront jamais les résultats voulus. Un parti politique ne doit pas agir à la place des citoyens. Il doit donner un cadre pour permettre aux citoyens d'initier d'agir et de contribuer aux enjeux présentés.

Commentaires

Juste pour pinailler, je ne dirais même pas qu'un parti doit donner un cadre. Cela implique une notion de pouvoir dont un parti est/doit être dépourvu. Mais un parti doit proposer une direction, apporter une vision, qu'ensuite le peuple décider de suivre ou non ou même partiellement.

Écrit par : burninghat | 09/06/2013

Les citoyens votent pour faire appliquer ce qu'ils décident par leurs délégués. Faudrait-il que les citoyens fassent eux-même ce qu'ils recommandent? Ce n'est pas envisageable. Qui irait étudier les dossiers des demandeurs d'asile, sinon des personnes qui ont des compétences, qui s'y donnent à plein temps et qui doivent des comptes à une autorité mandatée?

Par le vote le peuple est associé à la politique à mettre en oeuvre. On pourrait rapprocher les élections, aller sur le terrain pour chaque décision: cela ne me paraît pas applicable à cause de la somme d'incompétences en jeu et le manque de temps pour étudier les dossiers. C'est à la mode de vouloir plus de participation citoyenne, mais c'est irréaliste au-delà de quelques assemblées de quartier.

Des délégués élus doivent des comptes. Un professionnel payé doit des comptes. C'est un contrat lié au bulletin de vote ou au salaire. C'est la base de la responsabilité. Je doute que des citoyens non formés aient la compétence et l'envie pour prendre des responsabilités auxquelles ils ne sont pas préparés.


Quelle serait une implication plus intensive, et réaliste au-delà du discours d'intention ou du slogan électoral, dans la politique à mettre en oeuvre?

Écrit par : hommelibre | 09/06/2013

Il me semble que vous sous-estimez le bon sens des citoyens. L'arène politique est une cour de récré certes distrayante mais peu déterminante dans la formation de l'opinion publique. Les élus qui sont autant de candidats à leur réélection martèlent les messages simplistes imposés par la ligne de leur parti, en boucle, jusqu'à saturation. Le citoyen en a marre et il dispose de tant d'autres sources d'information qu'il se fait de plus en plus son idée en toute indépendance.
Je suis toujours très étonné par la sagesse populaire. Oui nous avançons timidement et c'est certainement frustrant pour les élus visionnaires. Mais qui va lentement, va sûrement.

Écrit par : Pierre Jenni | 10/06/2013

Les commentaires sont fermés.