Parti Pirate

La surveillance généralisée, une atteinte à la sécurité internationale.

11/06/2013

prism_dates.jpgLe problème n'est pas Prism qui n'est qu'un outil dont on ne connaîtra jamais les détails, le vrai problème ce sont des lois telles que FISA ou FATCA sur lesquelles se basent de tels outils, qui imposent une surveillance généralisée en dehors des frontières américaines et renversent la charge de la preuve: nous sommes tous par défaut suspect.

Données de communications, données bancaires, données de circulation sont demandées ou saisies par un État étranger, et nos autorités acceptent sans vergogne. Sous prétexte de lutte contre le terrorisme, la fraude fiscale, le "vol" culturel, etc.. de nombreuses lois imposent un échange automatique de données vers les États-Unis.

Aujourd'hui face à un État avec un tel comportement, les autorités suisses doivent demander au Conseil de Sécurité des Nations Unies de faire cesser des violations constantes contre les citoyens d'autres pays. Effectuer une surveillance généralisée d'une population étrangère est une violation des règles internationales.

En même temps, le préposé fédéral à la protection des données doit supprimer les Etats-Unis de la liste des Etats dans lesquels l'exportation de données est autorisée.

Commentaires

texte traduit en allemand:

PRISM ist nicht das Problem. Es ist nur ein Werkzeug, von dem wir die Details nie kennen werden. Das wahre Problem sind Gesetze wie FISA oder FACTA, welche die Grundlage solcher Werkzeuge sind, eine globale Überwachung ausserhalb der amerikanischen Grenzen ermöglichen und die Beweislast umkehren: Wir sind grundsätzlich verdächtig.

Kommunikationdaten, Bankdaten, Verkehrsdaten werden von einem fremden Staat abgefragt oder abgegriffen, und unsere Behörden schämen sich nicht dies hinzunehmen. Unter dem Vorwand des Kampfes gegen den Terrorismus, des Steuerbetrugs, des "Diebstahl" von Kulturgütern usw. ermöglichen zahlreiche Gesetze einen automatischen Datenaustausch an die USA.

Angesichts solchen Gebahrens müssen die schweizerischen Behörden heute vom Sicherheitsrat der Vereinten Nationen verlangen, diesen konstanten Vergehen gegen die Bürger anderer Länder Einhalt zu gebieten. Die Bevölkerung anderer Länder einer globalen Überwachung zu unterziehen, verletzt internationale Regeln.

Zugleich muss der Datenschutzbeauftragte die Vereinigten Staaten aus der Liste derjenigen Staaten, in welche der Export von Daten erlaubt ist, entfernen.

Écrit par : Translator | 11/06/2013

Merci pour la traduction

Écrit par : Alexis Roussel | 11/06/2013

Ah oui ?

Et qui va punir ces vilains américains pour cette violation ?

Et surtout...comment ?

Écrit par : absolom | 11/06/2013

Les commentaires sont fermés.