Parti Pirate

Tous fichés? un témoignage

17/06/2013

mass surveillance.jpgVoici le témoignage d'un anonyme. Celui d'une personne à qui le système kafkaïen de fichage en Suisse ne pardonne pas. Le Parti Pirate se bat pour que personne n'ait le droit de vous ficher sans vous demander l'autorisation.

Les règles de notre société ne doivent pas se retourner contre nous. Aujourd'hui nous devenons tous coupables par défaut. Et c'est à chacun d'entre nous de prouver son innocence. Si nous voulons pouvoir contribuer à notre société, cette situation doit cesser!

Vos données VOUS appartiennent!


Voici mon histoire de « mauvais payeur insolvable »...

Faisant partie des personnes ayant peu de chance dans ma vie professionnelle, mon parcours a été entrecoupé d’une multitude de périodes de chômage, avec des passages à l’assistance publique.

Compte tenu de ma situation précaire, j’ai été durant beaucoup d’années dans l’impossibilité de régler avec régularité certaines factures : par exemple soit je payais mes impôts ... soit je payais les autres factures.

Certaines factures sont donc passées au stade de la poursuite, puis de l’acte de défaut de bien. C’est alors qu’une fameuse boite de recouvrement est entrée en action ... je veux bien entendu parler de Intrum Justicia.

Tous les mois je recevais des factures de cette tristement célèbre entreprise de recouvrement qui me rappelaient que je devais payer leurs factures.

Sur leurs factures, ils y rajoutaient des frais exorbitants justifiés par des recherches d’adresse et d’autres conseils juridiques inexplicables.

Puis des appels téléphoniques ont commencés : Une boite vocale informatisée me rappelait qu’il fallait que je paie au plus vite les factures demandées et on me raccrochait au nez.

Puis des courriers oppressant m’étaient envoyé régulièrement avec des propositions de rabais «spécial Pâques » « spécial automne » ou « spécial Noël »... ou alors avec de menaces de mise en poursuites (alors qu’un acte de défaut de bien avait déjà été édité).

La pression était telle que j’ai sombré petit à petit dans le désarroi. En sachant que cette entreprise agissait en toute impunité et que les offices étatiques suisses ne pouvaient absolument rien faire car la loi suisse autorisait ce genre d’agissement j’étais obligés de supporter et me taire. Il ne me restait plus qu’à attendre de retrouver un emploi pour que je puisse petit à petit liquider mes dettes.

Finalement en mai 2012 j’ai réussi à trouver un emploi temporaire d’une année qui m’a permis de liquider bon nombre de mes dettes.

Après avoir pris contact avec l’office des poursuites de Genève, on m’a informé qu’il était préférable de payer la dette directement à l’office des poursuites compte tenu qu’ils n’avaient aucune information quant au rachat de mes dettes par Intrum Justicia.

J’ai donc décidé de prendre le taureau par les corne quand à cette affaire « Intrum Justicia »

1 j’ai demandé à Intrum justicia par téléphone de m’envoyer un justificatif de toutes les dettes qu’ils disaient avoir contre moi.

2 Après avoir reçu les documents en question j’ai pris contact avec l’office des poursuites pour leur demander à qui je devais payer.

3 comme les actes de défaut de bien étaient toujours actif à l’office des poursuites et qu’il n’y avait pas d’autre information, on m’a à nouveau conseillé de payer les dettes directement à l’office des poursuites ; chose que j’ai faite.

4 Puis j’ai écrit à intrum justicia pour les informer que lesdites dettes avaient été payées à l’office des poursuites.

5 Après quelques semaines j’ai été informé par l’office des poursuites de Genève que les deux actes de défaut de bien avaient été radiés et que l’argent avait été transmis à Intrum Justicia.

Pour moi l’affaire Intrum Justicia semblait définitivement close.Seulement voilà ... en septembre 2012, j’ai  voulu m’inscrire dans une société de location de voiture nommée Mobility Care sharing. Et j’ai été très surpris d’apprendre par écrit que mon inscription n’avait pas été acceptée car d’après les informations qu’ils avaient reçu par Intrum Justicia, j’étais fiché comme insolvable.

Après avoir pris contact avec Mobility par téléphone j’ai compris que Intrum Justicia n’avait pas corrigé les données qu’ils avaient à mon sujet et continuaient de transmettre l’information de ma soit disant insolvabilité... J’ai donc décidé d’attendre encore un peu que leurs registres soient mis à jours.

Puis en septembre 2012 Intrum Jusicia m’a renvoyé un nouveau rappel pour l’une des factures qui avait été réglée à l’office des poursuites.

J’ai donc décidé d’effectuer un envoi en nombre à différentes boites de recouvrement (dont Intrum Justicia) pour savoir quelles étaient les entreprises de recouvrement qui détenaient des informations me concernant et quel type d’information étaient transmises.

Après quelques temps d’attentes j’ai reçu les premières réponses : certaines bonnes : car je ne faisais pas partie de leur fichier. Par contre pour d’autres : j’ai appris que certains offices se fiaient aux informations (erronées) transmises par Intrum justicia et que ces même autres offices reléguaient les mêmes fausses informations.

Plus fort encore : dans la réponse d’Intrum Justicia j’ai constaté qu’ils détenaient des informations erronées quant à mon domicile. Des adresses où je n’avais jamais habité y figuraient !

En avril 2013 j’ai donc pris contact avec mon assurance juridique, la fédération romande des consommateurs, et le préposé fédéral de la protection des données. Tous les trois m’ont conseillé de réécrire une lettre à Intrum Justicia pour leur demander de cesser de m’importuner avec leur courrier et de bien vouloir corriger et/ou effacer les informations qu’ils avaient à mon sujet.

Chose que j’ai donc faite, en annexant les copies des actes de défaut de bien, les copies des échanges des courriers que j’ai eu avec Intrum Justicia ainsi que les preuves des paiements des dites créances.

En mai 2013, j’ai finalement reçu un courrier de Intrum Justicia où ils m’informaient qu’ils ne pouvaient pas donner une suite favorable à ma requête ; compte tenu qu’une créance était toujours ouverte à mon nom.

Voilà plus de sept ans que cette affaire traine en longueur ! Dans deux mois ça fera un an que TOUTES les dettes chez Intrum Justicia ont été réglées. J’ai déjà dépensé suffisamment d’argent et d’énergie en courrier recommandé et appels téléphoniques.

Cependant, je continue à être catalogué dans un fichier plus que douteux. Et Intrum Justcia refuse de m’effacer de son fichier ou de mettre à jour leurs informations alors que tout a été payé et que toutes les preuves y relatives ont été envoyées.

Cette situation m’handicape indéniablement dans ma vie : lorsque je fais des achats en suisse par internet ; on me demande payer à l’avance... Lorsque je souhaite m’inscrire chez Mobility ; ma demande est refusée.

Comme que je suis à la recherche d’un nouvel appartement et d’un nouvel emploi fixe, je suis persuadé que cette situation de fichage en tant qu’insolvable ou mauvais payeur joue également un rôle important dans mes démarches.

Malheureusement la législation helvétique autorise ce genre de procédé.

A ce jour, j’ai transmis la totalité de l’affaire à mon assurance juridique qui va essayer de faire quelque chose sans vraiment m’assurer que cette affaire ne se termine pas devant un Juge Civil.

Affaire à suivre...

Commentaires

c'est toute la différence entre votre génération et la nôtre déjà fichée dès la naissance.Aussi être encore plus controlés quand on sait les nombreuses études de marché pour savoir combien on consomme de fruits et légumes en Suisse et par habitant pour améliorer le rendement des ordures,pourquoi se faire davantage de soucis.Vous êtes fichés chez des commerciaux qui même sivous êtes morts arriveront encore après plus de 10 ans de décès à requérir votre aide pour un nouveau produit qui vient de sortir.Quand on a la conscient tranquille autant ne pas se créer de nouvelles craintes inutiles tandis que d'autres comme des mises à l'amende pour des ordures semblent droit sorties d'un évangile datant de l'antéchrist
Ce monde est habité par de nombreux paradoxes,on veut de la nouveauté mais en refusant d'assumer les responsabilités .vous voulez une protection de vos données sans être fichés,de toutes manières ellesseront enregistrées ailleurs et vous aurez sans doute encore à payer.On n'est jamais si bien servi que par soi-même en sauvant par l'écriture à la main tout ce qui nous concerne ,le plus important c'est que tout ce qui est héréditaire et inscrit dans le cerveau y reste ,seul endroit d'ou personne ne pourra jamais l'en déloger même en enregistrant vos données qui sont inscrite au registre foncier ou communal
On sait aussi qu'il suffit d'aller à l'Etat et qu'en payant une modique somme vous saurez combien l'autre que vous détestez peut-être paie d'impots ce qui forcément sera comsidéré comme faute grave par celui accusé de tous les maux et cette forme de controle prouve bien le manque de logique de nombreux humains d'aujourd'hui
Quand à sa comptabilité,autant conserver les fameux cahiers de caisse ,là au moins on sait qu'elle est l'abri des malveillants ,on peut ainsi dormir sur ses deux oreilles.Prenez en exemple la pratiques de anciens vous ne vous en porterez que mieux

Écrit par : lovsmeralda | 17/06/2013

Intrum Justitia fait des soldes oui, ne mets pas aux poursuites.... je suis sans emploi depuis 8 ans ...... 45 ans au minum social , je ne fais qu'une chose des enveloppes Intrum : je le les ouvres plus et elles passent à la poubelle !
la plupart de leurs frais sont illégaux, etc ...... la poubelle est la meilleure destination pour leurs courriers, de toute façon même si vous réglez vous aurez tjs des problèmes !

Écrit par : nicko | 17/06/2013

+ il ne faut pas se laisser impressionner par leurs termes juridiques, leurs menaces, ils ne peuvent en fait pas grand chose sinon vous pourrir la vie .....(appartement, abonnement téléphonie internet, etc) ....

Écrit par : nicko | 17/06/2013

Les commentaires sont fermés.