Parti Pirate

Actualité espionnage: Le Conseil Fédéral se protège?

27/10/2013

Drôle, le Conseil Fédéral veut s'équiper d'un matériel anti-écoute...

Pour écouter la population suisse, dans le cadre de la LSCPT, il s'équipe auprès d'une société américano-israélienne. Pourtant en ces temps, la confiance envers de telles sociétés est sacrément ébranlée. Pour se protéger à qui fera-t-il appel? Une bonne société suisse obligée de travailler avec des réseaux de téléphone construits avec du matériel (cisco, huawei, alcatel, nokia) troué par conception?

Il devrait plutôt s'occuper de comment renouveler la loi sur la protection des données afin de la rendre efficace et monter le niveau de conscience, d'exigence quant à la nécessaire protection des citoyens!

Commentaires

N'existe-t-il pas en Suisse au moins une société helvétique suffisamment ingénieuse pour équiper les utilisateurs de notre pays, en particulier notre gouvernement, d'un système performant torpillant l'écoute illégale de nos échanges téléphoniques et la captation de nos données privées par des pays étrangers ? Pourquoi se jeter dans la gueule du loup en faisant appel à des sociétés qui sont à la solde de l'oncle Sam et de ses amis ? Décidément le Conseil fédéral est d'une consternante naïveté.

Écrit par : Claude | 27/10/2013

Pfff, ca fait hélas lomgtemps, depuis 30 ans, que les fonds d'investissements suisses n'investissent plus dans l'industrie "Made in Switzerland".

A la question "Pourquoi ... en faisant appel à des sociétés qui sont à la solde de l'oncle Sam et de ses amis" ...

... parce que ca rapoorte !

Écrit par : Chuck Jones | 28/10/2013

Ca fait plus de 10 ans que je m'étonne que nous ne disposions pas d'une structure informatique de pointe au sein du contre espionnage. Déjà du temps du conseiller fédéral Schmidt qui dépensait des fortunes pour équiper l'armée de belles cuisines mobiles et confiait les projets informatiques à des sociétés privées totalement inconnues.

Écrit par : Lambert | 28/10/2013

Nos autorités songent-elles se protéger de l'espionnage? Croyez-vous qu'elle le désire vraiment? Vu qu'elles utilisent Facebook qu'elles s'inscrivent sur LinkedIn, qu'elles font appel à des architectes informaticiens étrangers pour concevoir leur réseau administratif respectif, il est peu probable que nos gouvernements se soient senti troublés par les récentes révélations.
D'ailleurs, est-il encore besoin de les espionner alors qu'ils étalent tout sur ces réseaux qu'ils croient être des havres de confidentialité.

Tout ce qui est nouveau ou innovant n'est pas toujours service désintéressé ou bienfait pour ceux qui ne l'ont pas conçu.

Ici, en lien, Capitaine Martin décrit si bien l'insouciance de la plupart d'entre nous, y compris de nos élites politiques et intellectuelles. Nous sommes plus sollicités que demandeurs.

http://www.resistance-politique.fr/article-sommes-nous-encore-libres-120836680.html
Capitaine martin, l'un des 7 du Quebec: http://www.les7duquebec.com/author/capitaine-martin/

Alors s'agit-il de l'insouciance ou de l'inconscience?

Écrit par : Beatrix | 29/10/2013

Les commentaires sont fermés.