Parti Pirate

1:12 pour rien?

20/10/2013

 "L'initiative 1:12 fait trembler la droite" titre la Tribune. Pourtant cela ne devrait pas. 1200 entreprises concernées? 1200 entreprises qui s'adapteront très bien.

Le salaire le plus élevé versé par une entreprise ne peut être plus de douze fois supérieur au salaire le plus bas versé par la même entreprise. Par salaire, on entend la somme des prestations en espèces et en nature (argent et valeur des prestations en nature ou en services) versées en relation avec une activité lucrative.

Les plus petites compenseront la "perte" de gain des top-managers par des revenus obtenus dans des Conseils d'Administration d'autres entreprises, par exemple.

Les plus grandes entreprises, notamment celles pratiquant l'intégration verticale, disposent généralement d'une entreprise dédiée à la coordination et à la gestion des aspects financiers du groupe. Celle-ci pourra très bien s'organiser afin de limiter le nombre de bas salaires. Besoin d'un assistant? Louez en un dans l'entreprise spécialisée du groupe dans la fourniture de services administratifs...

Celles qui ont des entreprises a l'étranger pourront relocaliser leur top-manager...

Bref rien de bien méchant contre les «abzocker». Bref cette initiative ajoute une contrainte au système sans toucher aux mécanismes des inégalités.

Cette initiative a le mérite de mettre le doigt sur un véritable souci de notre modèle économique mondial: la concentration des richesses au sommet. Nous vivons dans ce qui ressemble de plus en plus à un système de Ponzi mondial, et nous devrons un jour y sortir.

Et il y a bientôt une votation bien plus importante, bien plus subversive que l'initiative 1:12, celle du Revenu de Base qui elle change vraiment la donne. Sauront-nous aborder un véritable choix?

En attendant, quelle que soit l'issue de ce vote, cela ne changera rien à un système qui s'adaptera.


Info drôle: le ratio 1:12 est le ratio traditionnellement utilisé pour les maisons de poupées, ou dans le voyage de Gulliver https://en.wikipedia.org/wiki/1%3A12_scale

Le campus un lieu d'expériences et non de contrôle totalitaire.

18/10/2013

rfodchip.JPGHier j'étais interviewé par le journal de l'UNIL. L'étudiante, passablement agacée par le nouveau système de suivi électronique mis en place sur le campus, me demandait en quoi un tel système pouvait être un problème:

Cela démontre l'absence de prise en compte des usagers du lieu en les obligeant à utiliser un outil qu'ils n'ont pas demandé.

Cela démontre la recherche désespérée de notre société vers un monde de risque zéro et de tolérance zéro. Cette course, perdue d'avance, fait que nous demandons des enfants de plus en plus tôt qu'ils agissent comme des adultes. L'université doit rester un lieu d'expériences individuelles. C'est souvent la première fois qu'on ne vit plus avec ses parents. Mettre un outil de surveillance dans les mains de la direction est la meilleure manière de créer un environnement de suspicion générale.

La liberté de circuler est indispensable à notre liberté de former une opinion.

Les étudiants préparent le monde de demain. Ils doivent pouvoir de tenter les expériences les plus novatrices. Le campus doit être un lieu d'expériences et non de contrôle totalitaire.

Malheureusement la politique d'aujourd'hui, obnubilée par la recherche de solutions miracles immédiates notamment en sécurité, est incapable de voir les conséquences à long terme de tels systèmes.... c'était pourtant ça la politique, construire le monde de demain? Joli exemple...

Nos autorités fédérales ont une guerre numérique de retard

09/10/2013

Il y a 4 mois, je demandais la remise en cause du Safe Harbor auprès du Préposé Fédéral puis au Président de la Confédération. Les réponses (au moins j'ai eu des réponses) étaient négatives.

En même temps, Viviane Reding, Commissaire européenne, lançait une enquête interne pour évaluer le Safe Harbor.

Au cours d'audition au Parlement européen, il a été montré que le Safe Harbor a été largement abusé.

Le Safe Harbor est le cadre juridique permettant l'exportation de vos données personnelles vers les Etats-Unis.

Les autorités fédérales font état d'un attentisme auquel nous sommes que trop habitué... au détriment des citoyens...